Découvrir Madjikarité

MadjiKarité

«Madji» vient du «sar» une langue du sud du Tchad, qui signifie «bien», Madjikarité veut donc dire «les bienfaits du karité» ou encore traduit mot à mot: « karité quelque chose de bien». Les bienfaits du karité pour le corps, mais aussi  pour l’autonomisation de la femme. On retrouve «Madji» dans mon prénom Yankimadji, qui veut dire «quelque chose de bien», j’ai voulu traduire en acte ce joli prénom que je porte pour donner du sens à ma lutte pour l’égalité, «Madjikarité» «quelque chose de bien».

J’ai donc créé un produit naturel d’excellente qualité pour la beauté de vos peaux, une marque qui veut promouvoir l’autonomisation financière de la femme.

Madjikarité est une entreprise spécialisée dans le développement et la fabrication de gamme cosmétique biologique fait main à base de beurre de karité. l’ambition de Madjikarité est celle de promouvoir l’autonomisation financière des femmes en milieu rural, de lutter contre l’excision en donnant une activité aux exciseuses , contre la désertification par la plantation d’arbre de karité, de lutter contre la dépigmentation de la peau en proposant des produits naturels et bio et de promouvoir un développement durable au Tchad. La vision de Madjikarité est celle d’une société Tchadienne où chaque femme jouit de son autonomie financière. Sa mission est celle de lutter contre la pauvreté féminine au Tchad et promouvoir un développement durable. La garantie d’autonomie financière des femmes est une préoccupation fondamentale de Madjikarité.

L’entreprise s’engage pour l’équité et l’égalité de genre en donnant une activité génératrice de revenus aux femmes les plus défavorisées de la société. La base de mes produits est le beurre de karité pur non raffiné provenant du Burkina (ou les coopératives sont déjà formées et produisent du beurre de karité bio) et bientôt du Tchad ou les Coopératives de femmes seront prochainement créées par Madjikarité. Mes produits sont fabriqués en petite quantité avec la méthode de saponification à froid, méthode ancestrale qui permet de conserver la glycérine, ce qui confère à mes savons des propriétés hydratantes.

Yankimadji Rassembaye, la créatrice de Madjikarité.

Yankimadji RASSEMBAYE, 30ans, née à la campagne d’un père cultivateur et d’une mère ménagère, J’ai rejoint la ville de Sarh(Tchad) à l’âge de 4ans, ou mes parents m’avaient confiée à ma tante. À l’âge de 7 ans, ma tante m’a envoyée à l’école du quartier en échange j’aidais aux tâches ménagères de la maison. Tout a commencé quand un couple français est arrivé dans la famille de ma tante en 2000. J’ai été confié à ce couple. J’ai habité pendant 9 mois avec eux. Mon destin commença à faire son chemin. Au terme de son séjour au Tchad, le couple s’est engagé à prendre entièrement en charge ma vie scolaire. Grâce à eux j’ai pu accéder aux meilleures écoles et faire des études universitaires. Titulaire d’un master2 en Ingénierie des projets de coopération et d’une licence en gestion des entreprises, je me suis intéressée à la place de la femme dans le développement. Résultat de l’analyse: elles sont les plus pauvres. Après mon master, j’ai cherché du travail pendant 1an et demi dans les organismes de développement, le marché étant saturé, j’ai décidé de lancer mon projet professionnel. À l’instar de certains organismes de développement, j’ai décidé de mettre en place moi aussi un projet qui provoque le changement, le développement d’un territoire.

Désireuse de contribuer dans mon pays, à la lutte contre les inégalités femmes/ hommes, je cherche à renforcer l’autonomisation financière des femmes en Afrique (Burkina, Tchad) à partir de la mise en valeur des ressources locales aujourd’hui peu valorisées .La filière karité est peu développée au Tchad et il est établi par de nombreuses études qu’elle peut-être un levier de développement pour ce pays.

Ma motivation profonde est de contribuer à la lutte contre la pauvreté des femmes tchadiennes et de promouvoir un développement durable. Un autre enjeu est d’offrir aux consommateurs des produits de qualité issus du commerce équitable. Contrairement aux cultures destinées à l’exportation, l’arbre karité est un arbre sauvage qui permet de lutter contre la désertification. J’ai fait une rencontre qui a donné de la valeur à mon projet. J’ai rencontré Mme Russell Chinwe, la présidente de Sheabynature qui fabrique des produits naturels à base de karité depuis 15ans. Cette femme, m’a formé, m’a appris à faire les savons, les laits corporels, les beurres corporels et les beurres à lèvres. Mon ambition à terme serait de former quelques femmes Tchadiennes au Burkina et de créer une association pour que femmes tchadiennes et burkinabés puissent travailler ensemble. L’idée est de mettre en place une usine de beurre de karité biologique  et équitable en Afrique(Tchad), beurre de karité qui sera raffiné dans mes produits cosmétiques, fabriqués et commercialisés à partir de la France. J’ai donc fait le choix d’une démarche d’économie sociale et solidaire. Offrir aux consommateurs un produit naturel de qualité, et en contrepartie donner une activité et un salaire aux femmes en milieu rural. Étant donné qu’elles sont les plus pauvres, j’ai fait le choix de renforcer leur capacité en créant une marque cosmétique bio à base de karité pour leur donner un travail et un salaire…